Relooker une cuisine : la formule magique en 5 sortilèges

Il y a les cuisines des catalogues et celles de la vraie vie. Vous trouvez la vôtre vieillotte, impersonnelle, plan-plan ? Cet article vous donne une méthode efficace pour relooker votre vieille cuisine de façon intelligente et économe. Sans copier les tendances, sans vous ruiner… et sans remplacer les meubles. Cas pratique à l’appui !

Relooker une vieille cuisine : par où commencer ?

Pour démarrer un projet de relooking de cuisine, il faut déjà prendre en compte 4 paramètres :

  • le style de votre cuisine,
  • ses points forts,
  • ses éléments à modifier,
  • le type de relooking qui lui correspond.

(À la fin de cet article, j’illustre cette méthode avec un cas pratique : le relooking complet de ma vieille cuisine avec un budget de 500 euros.)

Scannez les lieux

Je vais commencer avec une vérité guère plaisante : avec un petit budget, vous n’aurez pas la cuisine de vos rêves.

Oubliez la couleur dont vous rêvez. Oubliez le style campagne chic que vous avez épinglé sur Pinterest. Votre cuisine a déjà ses caractéristiques, ses défauts… et ses qualités. Rien de pire que de plaquer un style sur une cuisine qui a une autre vibe.

Vous allez devoir partir de la cuisine en elle-même.

Mais il y a une bonne nouvelle : cela va vous permettre de réussir votre relooking au-delà de vos espérances. Vous aurez une cuisine plus harmonieuse, plus authentique, qui sonne plus vrai.

Répondez en priorité à ces deux questions :

  • Quels sont les points forts de votre cuisine ? (Les éléments passables, en bon état, à valoriser…)
  • Quels sont les éléments à changer impérativement ? (Les pièces abîmées, les détails que vous n’aimez pas du tout…)

Chaussez vos lunettes de styliste

Vous savez ce que vous voulez garder et ôter ? Passez à la phase d’inspiration !

Celle-ci se fait en deux temps :

  • trouvez vos modèles,
  • créez votre moodboard.

La première chose à faire, c’est une sélection de cuisines. Le mieux est d’utiliser Pinterest. Créez un tableau dédié à votre relooking de cuisine, puis lancez-vous dans l’exploration des dizaines de styles de cuisine existants.

Ratissez large, afin d’avoir l’éventail le plus étendu des possibilités.

Puis affinez votre sélection, en gardant 2-3 modèles qui entrent en résonnance avec les caractéristiques de votre cuisine.

Attention : ce que vous cherchez ici, c’est une impression d’ensemble. Vous ne tomberez pas sur la photo de cuisine à copier trait pour trait. Mais vous pourrez trouver celles qui vous indiquent une direction, une atmosphère, un look, un coloris…

Une fois cela fait, créez votre moodboard. C’est-à-dire définissez tous les éléments constitutifs de votre relooking :

  • la couleur maîtresse,
  • les couleurs complémentaires,
  • les matériaux,
  • les accessoires décoratifs.

Comment rafraîchir une vieille cuisine sans se ruiner ?

Vous avez les grandes lignes de votre projet ? Place au concret ! Pour rafraîchir une vieille cuisine de façon efficace et harmonieuse, vous allez devoir :

  • Coordonner les couleurs et les matériaux,
  • Rafraîchir la base,
  • Soigner les éléments de déco.

La couleur parfaite

En général, c’est le premier élément de relooking auquel on pense. On compte 3 familles de coloris pour relooker sa cuisine : les couleurs neutres, franches ou tendance.

Les couleurs neutres regroupent la famille des blancs, gris, noir et tous leurs dérivés (ivoire, perle, anthracite, ardoise…).

C’est le choix de la sûreté. Il fonctionne bien si vous cherchez un look intemporel.

Les couleurs franches sont des coloris vifs, plus audacieux. Vous pouvez vous en servir pour réveiller votre cuisine : cela peut bien marcher avec des éléments vieillots !

Si vous craignez de vous lasser, vous pouvez atténuer la vibrance et choisir des tons plus pastels, qui auront un rendu plus doux et plus enveloppant.

Les couleurs tendance, enfin, sont à prendre avec des pincettes. Certaines dégagent une aura équilibrée (le vert sauge, le terracotta, le bleu-gris). D’autres sont très caractéristiques d’une période donnée.

Choisissez-les si elles vous plaisent vraiment et non pour vous conformer à la mode… au risque de tomber dans le même piège que la mode des cuisines laquées rouges des années 2000.

Un coup de frais

S’il suffisait de repeindre les meubles, ça se saurait ! Pour un relooking réussi, il faut prendre en considération toute la pièce. Et donc la base : sol, murs, crédence, façades…

Commençons par ces derniers.

Pour rafraîchir les portes de vos placards, vous pouvez les repeindre ou jouer d’autres cartes.

  • De nouvelles façades de meubles : simple et très efficace. Vous pouvez les commander en ligne : ilovedetails, relookitchen et Panoteq proposent du sur-mesure. Plum, Bocklip, Plykea déclinent des modèles compatibles avec les cuisines Ikea.
  • Enlever les portes : si vous avez des placards en hauteur, voilà une bonne façon de les moderniser pas cher ! Tapissez ou repeignez l’intérieur de vos placards, disposez-y de la belle vaisselle, et voilà votre cuisine plus vivante et plus fraîche. (Attention : si vos caissons viennent d’Ikea, pensez à colmater les trous sur les côtés !)

Autre surface souvent négligée : le sol. Pourtant, il s’agit de l’élément qui peut transformer l’ambiance.

Jetez un œil sur les sols stratifiés : aujourd’hui, on trouve des revêtements compatibles cuisine. C’est notamment une bonne idée si vous déjeunez dans votre cuisine : vous lui donnez un côté plus convivial.

Le plan de travail est une autre surface incontournable dans un relooking de cuisine. Plusieurs options :

  • L’assumer et articuler tout le relooking autour de lui,
  • L’enduire avec du béton ciré ou une résine (si vous cherchez un effet brut),
  • Le recouvrir avec une crédence en stratifié imitation bois.

Le plan de travail est très sollicité : attention si vous voulez le recouvrir avec un enduit. S’il est neutre, je conseille de le laisser tel quel.

À la place, mettez l’accent sur la crédence !

Les options sont très nombreuses :

  • repeindre avec une couleur unie
  • repeindre avec des pochoirs pour créer des motifs
  • recouvrir avec une crédence adhésive (à décor panoramique, avec motifs, effet bois…)
  • poser du carrelage adhésif (effet céramique, faïence, ciment, tuile…)

Dernière surface, et pas des moindres : les murs. S’ils sont démodés ou défraîchis, c’est le moment de leur donner un coup de jeune.

Le blanc reste le meilleur choix, à nuancer si nécessaire (toujours prendre en compte l’orientation lumineuse de la pièce).

Mais vous pouvez aussi aller plus loin !

  • Créer un mur d’accent coloré ;
  • Jouer sur les effets de rappel
  • Ajouter de la texture et du cachet (plaquettes de parement, tasseaux…)

Une déco triée sur le volet

Pour la déco, on peut jouer sur 4 catégories d’objets et ustensiles :

1. L’électroménager : il a une visée utilitaire, mais il va beaucoup apporter à l’ambiance. Intégrez-le tout en harmonie :

  • encastrez ou cachez,
  • habillez avec un sticker ou une peinture ardoise,
  • jouez sur les contrastes (matériaux, coloris),
  • coordonnez tout votre électroménager.

2. Les poignées de placards et de tiroirs : pensez à les harmoniser ou à créer des échos avec d’autres matériaux (cuivre, laiton, bois…).

3. La vaisselle : c’est la fête, désormais, les services quittent les placards ! L’idée n’est pas de mettre toute votre argenterie dehors. Mais vous pouvez exposer certaines pièces décoratives : une théière en fonte, un set de bols en grès, un plateau en bois…

4. Les objets déco : la liste est vaste ! Cette catégorie regroupe aussi bien des affiches murales que des plantes décoratives, de beaux livres de cuisine… À vous de choisir.

Conseil : orientez-vous vers des objets qui ont une vraie valeur ajoutée pour votre cuisine (évitez le bloc « Cuisine » en bois, par exemple), car cette pièce garde une visée fonctionnelle.

Beau + utile = combo gagnant !

Tout mais pas ça

Relooking de cuisine : Avant-Après

Pour illustrer cette méthode de relooking de cuisine, je vais prendre l’exemple de la mienne, qui est un bon cas d’école.

Il s’agit d’une cuisine typique des années 70 : un plan de travail et une crédence en carrelage, des meubles en bois, un évier en céramique marron.

Bref, le genre de cuisine vieillotte qu’on croise absolument partout.

Voilà la bête avant son relooking (photos dans l’ordre : la cuisine vue de l’entrée, le coin déjeuner, les deux placards situés à l’entrée, puis le coin buanderie au fond à gauche) :

Pas ouf, on est d’accord.

Les points forts de ma cuisine : les carreaux de la crédence (un peu vieillots mais d’un vert intéressant), les portes des placards (intemporelles) ;

Les éléments à changer : le sol en carrelage (trop froid), la couleur des meubles (vieillotte), la frise colorée et le mur violet (on ne le voit pas sur la photo, mais il avait des PAILLETTES).

Pour redonner du style à ma vieille cuisine des années 70, j’avais un budget de 500 euros. Certes, cela donne des possibilités, mais c’est quand même vite dépensé pour relooker une pièce complète.

J’ai beaucoup réfléchi et j’ai décidé la chose suivante : assumer pleinement le côté vieillot, mais le mettre en valeur.

Mon fil directeur : la crédence à carreaux verts. J’ai tout articulé autour d’eux :

  • du noir pour le contraste et la touche élégante,
  • du cuivre, complémentaire au vert (et rétro à souhait),
  • des notes boisées pour plus de chaleur.

Voilà le résultat 👇 

Le plus gros travail a été la pose du parquet stratifié compatible cuisine (qui a boulotté la moitié du budget).

Ensuite, j’ai repeint les meubles en vert fumé, sans repeindre les poignées en bois.

Puis j’ai ajouté une étagère filante pour habiller le plan de travail.

Concernant le coin déjeuner, j’ai recouvert la frise (cimentée au mur, donc que je ne pouvais pas décrocher) avec un sticker bois assorti au parquet.

Ensuite, j’ai habillé la partie supérieure du mur avec un papier peint : cela permet d’obtenir un espace plus convivial.

Autre petit travail de home staging : le placard à l’entrée. Par souci d’économie toujours, j’ai caché le verre jaune avec un adhésif ardoise.

Puis, pour casser le côté rectangulaire du meuble, j’ai peint une arche en vert.

Cela m’a aussi permis de créer un effet de rappel avec les autres meubles repeints.

J’ai préféré peindre ce meuble en blanc, et non en vert, pour ouvrir les perspectives. En effet, il est situé à l’entrée de la cuisine, et un total look vert aurait mangé la lumière.

Il ne me reste qu’à vous montrer le coin buanderie, qui fut relativement simple :

J’ai fait un maximum de seconde main pour renforcer le côté cuisine d’antan :

  • planches d’herboristerie
  • moulin à café
  • chaudron de sorcière
  • fioles à boutures…

Quasiment tout a été chiné ou récupéré.

Et voilà : ma cuisine est toujours rétro. Ce n’est pas la cuisine de mes rêves. Mais elle a gagné plus de cohérence et de cachet.

Et je lui trouve plus de charme qu’une cuisine neuve qui m’aurait coûté dix fois plus cher !

🌿  Lire aussi : 4 secrets de home staging qui vont illuminer votre appart

Newsletter

Chaque mois, des graines d’idées à faire pousser chez vous !

newsletter

Deux fois par mois, des astuces déco sur une thématique clé